Psychologie positive & éducation non-violente. Portrait de l’auteure Agnès Dutheil

La psychologie positive

12184312_963539093702335_1305590537414934566_o
La Psychologie positive chez les enfants aux éditions Eyrolles

Agnès Dutheil est l’auteure d’un livre, que j’ai dévoré : La Psychologie positive chez les enfants aux éditions Eyrolles C’est un guide pour appliquer la théorie de la psychologie positive dans l’éducation.  Il y a des exercices, des témoignages, des astuces. On prend un crayon et on écrit son livre avec elle. Décomplexé et motivant. Lorsque j’ai rencontré Agnès, elle m’a d’emblée avertie : la psychologie positive est à la mode et c’est pour ça que le livre a écopé de ce titre. En réalité, il contient bien plus que ça.

La psychologie positive avec les enfants

Je lui ai demandé comment pouvait-on faire pour choisir l’éducation qu’on donnait à nos enfants. C’est vrai qu’à part l’éducation qu’on a reçue, on est un peu larguée au début, malgré les jolis préceptes de la psychologie positive. En écoutant une émission de Grand Bien Vous Fasse (France Inter), une intervenante (Emmanuelle Piquet, psychopraticienne, auteur de Mon ado, ma bataille paru chez Payot Psy) a dit (entre autres) que les personnes qui voulaient à tout prix ne pas reproduire l’éducation qu’ils avaient reçue, la prenaient en réalité pour modèle, puisque c’était leur repère. J’en ai parlé à Agnès Dutheil qui m’a dit qu’effectivement, il s’agissait plutôt de comprendre d’où on venait. Pourquoi nos parents nous ont élevés d’une certaine manière ? Comment leurs parents à eux ont-ils faits ? L’histoire aide à prendre du recul et à choisir ce qu’on veut garder et ce qui nous appartient plus dans le monde actuel.

La psychologie positive avec les élèves

Aujourd’hui, selon Agnès Dutheil, il faudrait changer la manière dont on apprend à l’école. En effet, ne faudrait-il pas appliquer certaines méthodes que des pays nordiques ont su mettre en place depuis un moment déjà ? Ne faut-il pas comprendre avant d’apprendre par coeur ? Ne pourrait-on pas inclure plus d’activités physiques puisqu’on sait aujourd’hui que le cerveau d’un enfant en a besoin ?

Agnès Dutheil reste humble, elle admet avoir eu beaucoup de mal à appliquer tout ce qu’elle préconise. Aujourd’hui encore avec ses petits-enfants, c’est difficile surtout quand sa petite-fille de 2 ans fait un caprice ! #terribletwo

Pour en savoir plus, suivez-là sur Facebook 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s