Tee of Life, quand la mode éco-responsable vit à Nantes : portrait d’Anso Mata, une des illustratrices de la marque

Tee of Life, quand la mode éco-responsable vit à Nantes : portrait d’Anso Mata, une des illustratrices de la marque

Tee of Life est née il y a 5 ans à Nantes. Hubert de Heaulme, créateur de la marque,

zebre
Zèbre Coustooo d’Elodie Vaillant

souhaitait réaliser un rêve : monter une marque française, nantaise même, qui propose des produits de qualité en respectant des valeurs éthiques. Il achète à ses fournisseurs du textile eco-responsable qu’il sérigraphie à Nantes, d’après ses illustrations ou celles de graphistes nantais. Le slogan de Tee Of Life, « savoir être plutôt que paraître » induit que le made in France, bien qu’un peu plus cher, servira à rééquilibrer justice sociale et justesse des prix. Tee of Life reverse également 10 % de son CA annuel à Amnesty International.

J’avais croisé Hubert lors de diverses ventes de créateurs à Nantes et il m’a gentiment reçu en janvier 2017, au siège de Tee of life pour me parler de sa marque, me montrer ses collections et la machine qui sérigraphie le textile. J’ai découvert des vêtements de qualité : des sweats tout doux à l’intérieur ou encore des sweats trapèze en coton doux léger incroyable. J’ai été vraiment agréablement surprise de voir des pièces stylées d’une super qualité. Elodie Vaillant, Nicolas Galkowski, Lucie Herrmann (Oh ma Biche), Glwadys Baumier, Clarisse Rubini, Manon Ménard, Docteur Paper, et aussi Anso Mata sont tous illustrateurs pour Tee of life.

Anso Mata, architecte d’intérieur et illustratrice

capture-decran-2017-01-30-a-20-08-33
Réalisations d’Anso Mata

Hubert m’a parlé d’Anso Mata, une architecte d’intérieur qui dessine à ses heures perdues (il faudrait qu’elle ait plus d’heures perdues d’ailleurs) et qui également illustratrice pour Tee of life. Je l’ai rencontrée au Bar Berlin 1989 (j’en profite pour glisser que je suis fan de cet endroit qui fait des spätzle – entre autres – à tomber) et elle m’a parlé de son travail. Quand elle a commencé à dessiner alors qu’elle était encore étudiante à Lille, elle a rapidement voulu trouver d’autres supports pour produire. En effet, on voulait lui acheter ses dessins mais elle ne voulait pas donner ses originaux, donc elle s’est tournée vers la sérigraphie. Elle a découvert une nouvelle dimension.

Pour dessiner, Anso Mata s’inspire de ce qu’elle vit, de ce qu’elle écoute. Elle s’assoit à son bureau, se choisit un poadcast ou une bonne émission de radio et se déconnecte, se laisse aller en dessinant. Elle a aussi des sources d’inspiration comme les illustrateurs Moonothing pour ses symboles, Kristina Krogh pour son jeu de matières, Noémie Cédille et Léa Maupetit pour leur naïveté à toutes les deux.

Plus récemment, elle s’est inspirée de la manière dont les tatoueurs dessinent. Elle m’a parlé de la finesse des traits et des symboles de Suzanne Flonda, ou encore des fleurs

tellemere

délicates et poétiques de Tania Vaiana.

Ces deux rencontres m’ont donc beaucoup inspirée, je me suis dit qu’en 2017, j’achèterais moins mais mieux. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s